dimanche 4 juin 2017

Lancement du dépôt-vente à la Librairie de Paris - 3 juin 2017

Bonjour à tous !
Voici l'article paru dans le Progrès à propos du lancement de notre dépôt-vente à la Librairie de Paris.

samedi 27 mai 2017

Grégory Ladret - L'onctuosité de l'écriture

Grégory Ladret écrit comme il respire. C’est un écrivain qui s’ignore, qui s’est trop longtemps ignoré. C’est un écrivain perdu dans une société trop bruyante de faux-semblants. C’est un écrivain qui se cherche. Et en cherchant à comprendre qui il est, il interroge le monde qui l’entoure avec brio, avec finesse, avec justesse, d'une façon singulière.
La puissance d’une écriture se mesure souvent au rapport original qu’entretient l’écrivain avec le monde qui l’environne. Grégory Ladret, c’est un style, un style onctueux, précis. Onctueux plutôt que généreux. Car, même s’il englobe une vraie générosité, il se définit aussi par une certaine délicatesse. Une rondeur.
Grégory pose sa voix comme il pose sa plume. Il fait escale. Parmi nous. Et c’est une chance. Alors, laissez-le vous raconter la vie, la vie comme une quête, comme un horizon indéfinissable qu’il redessine à loisir pour vous. Et, si vous êtes du voyage, vous goûterez ses mots, vous goûterez les images qu’il sculpte au scalpel.
Laissez-vous surprendre. Grégory vient de rejoindre Abribus éditions. Il sort ce printemps un court conte préhistorique, Ogar.

Ogar

 Ogar, héros des temps anciens. 
A l'aube de l'histoire humaine, il part explorer le monde.
A la recherche de l'endroit où le soleil est avalé par l'horizon, Ogar devra affronter des périls mortels. 
Surmontera-t-il ses peurs? Parviendra-t-il au bout de sa quête?


jeudi 25 mai 2017

Pascal Cuvelier - L'Humanité dézinguée



    Pascal Cuvelier est écrivain. Écrivain dans l'âme. Il triture ses méninges et passe tous ses dimanches à écrire, écrire, écrire. Il écrit comme on se défoule. Avec élégance, avec classe, avec virtuosité. Ses phrases sont acérées. Il sait écrire l'absurde, il sait écrire le quotidien mais un quotidien sublimé, déroutant. La phrase sonne juste. Ni trop ni moins. Un certain humour, noir souvent, décapant toujours. Ses héros sont souvent prisonniers d'une société anthropophage. Si bien décrite. Écriture plus que contemporaine. Il a déjà un temps d'avance sur les auteurs actuels. Une voix singulière. Mieux : un regard. Il use du second degré et de l'ironie avec brio. Il est punk, c'est un écrivain punk, c'est-à-dire qu'il n'hésite pas à écrire des scènes ou des situations trashs. L'important ce n'est pas la vérité nue, c'est la vérité crue. 

 Sa dernière publication:

Gary contre l'instant impossible

Gary s'inquiète. Sa mémoire part en vrille. Gary ne se souvient plus de ce qu'il a fait la veille. Gary s'inquiète car quelqu'un cherche à effacer ses souvenirs. Gary soupçonne Pedro Gomez, l'adjoint au maire. Gary soupçonne Pedro de vouloir saboter sa mémoire. Avec l'aide de complices mystérieux. Pour quelle raison? Gary ne l'a pas compris. Gary enquête. Gary cherche à comprendre. gary doit faire vite car des changements s'opèrent en lui. Gary s'interroge? Ses troubles de la mémoire auraient-ils un lien avec les disparitions qui se multiplient à Mende et dont personne ne veut parler? Si c'était le cas, Gary serait en danger.







Autres publications:

Ce que nous savons de Marseille

Didier, dermatologue, a quitté spon confort pour venir s'installer avec sa femme, Claudine, journaliste, et ses filles à Marseille, attiré par le soleil. On ne va pas se mentir, l'acclimatation va être difficile.








 La passion asymptotique de Wendy Miller et Antoine Moreau

 
 asymptotique/masculin et féminin identiques

Qui a rapport à l'asymptote. Il signifie couramment qu'une tendance tend vers une droite (un maximal théorique) en s'en rapprochant de plus en plus sans jamais l'atteindre.
Point asymptotique.
Courbe asymptotique.


















 

Gérard Di Cicco - L'essence des choses

Gérard Di Cicco est un auteur de haute voltige. Gérard frôle les étoiles, il frôle les oiseaux. Il s’envole, déjà. Gérard s’excuse. Il vous a dit : non, c’est ridicule. Tu vois, courir, c’est ridicule. Et il court… et vous vous baladez avec lui. Dans son monde intérieur. Celui qui touche l’être. Celui qui le questionne. Qui tutoie le sens de la vie avec pugnacité même si parfois l'objet de ses interrogations paraît bien banal. Il ne perd pas de vue son objectif. Et son objectif, c’est de regarder. De bien regarder. Un regard profond qui interroge pour mieux comprendre, tout en souplesse, pour ainsi dire. Comme dans le sport. Des textes qui parlent aussi du social, qui interrogent le politique. Oui. Un regard qui élève, qui fait grandir. Qui décrit les êtres, les actes, les situations, les questionnements avec tellement de justesse qu’il nous touche. Et l’on s’interroge à notre tour. Chacun des livres de Gérard est une traversée. À la fin du livre, quand vous avez achevé la dernière page, vous vous retrouvez transformé. Parfois même grandi. Car Gérard touche à l’essence des choses. Et cet insatiable chercheur vous embarque dans le tourbillon de la vie. Honnêtement. Humblement. Sans lâcher le morceau. Gérard sait si bien faire ce travail-là. Avec vérité.

vendredi 19 mai 2017

Gulzar Joby écrit des mondes parallèles

Gulzar Joby est un écrivain de science fiction. Un écrivain de science fiction qui, à ses heures perdues, a dévoré tout Simenon.  Il en a d'ailleurs écrit un livre: Trop lire Simenon, sous le pseudo de Guillaume Juillet. Il est le président d'Abribus. Il écrit l'étrangeté, la bizarrerie. Avec jubilation, avec passion. Écrivain, c'est son métier et il commence à en vivre. Il sait décrire un futur possible, inspiré de l'univers de 36 quai du futur (son blog). Tout un univers du futur, qu'il a bâti, qu'il a élaboré, avec zèle. Ne cherchez pas, en le lisant vous êtes déjà ailleurs.
Il écrit des mondes parallèles. Qui nous ressemblent tant. Des mondes où la drôlerie, où la tendresse parfois, où la douce folie nous touchent et nous prennent par les sentiments.
Gulzar Joby, c'est un bâtisseur, un bâtisseur d'histoire : à l'aide d'une construction impeccable, il nous mène par le bout du nez et nous embarque et nous immerge dans son univers si spécial. Poétique. Où les animaux sont très souvent intelligents: la preuve, ils parlent. Où la nature a une place importante, où les femmes sont à l'honneur. Où son imagination débridée nous dépayse tous immanquablement.
Ses phrases sont efficaces, elles tranchent. Il n'y a pas de superflu. Tout est posé. Clair. Vous êtes déjà parti. Dans un autre monde.
Si vous transitez par Saint-Etienne, vous le croiserez sûrement dans un café ou un pub. Vous le reconnaîtrez tout de suite : c'est l'homme qui écrit. Seul au milieu du brouhaha.
Gulzar Joby a publié un grand nombre de nouvelles dans des revues telles que Galaxie (revue de sciences fiction). Il revient comme auteur Abribus pour notre plus grand bonheur avec des nouvelles de la collection 36 de sciences-fiction, en coédition avec les Arts du Forez.

Sa dernière publication:

Robur perdu sur Terre


Machines et robots sont passés de mode... Une forte industrie biologique se développe et produit par millions des animaux intelligents, capables de parler, de travailler. Une nouvelle classe ouvrière apparaît.
Robur, jeune ours, rêve de voler. Il quitte sa famille d'adoption, voyage. Cependant, il perd pied et fuit la compagnie des humains comme de ses semblables pour tenter de vivre comme un oiseau...

L'ensemble des écrits futuristes de Gulzar Joby forme 36, quai du futur, une histoire possible de l'Humanité. La Collection 36 propose des nouvelles inédites en petit tirage, appartenant pour certaines à des romans à venir.

Tiscia Prond, une écrivaine qui vous met KO

Tyscia Prond parle d’amour. Et ce n’est jamais simple, l’amour. C’est toujours si complexe. C’est tout et son contraire. C’est le désir de plaire et l’envie de fuir. Tyscia Prond est une femme, une écrivaine sans complexe. Qui écrit des histoires où la mièvrerie n’est jamais de mise. Et les mots sonnent, ils sonnent juste. Ils ne transigent pas. Un trou est un trou. Un vide est un vide. Un cul est un cul. Ni plus, ni moins. À la fin de la lecture, plein d’images vous ont déjà sauté à la gorge. Et vous êtes l’héroïne. Oui, vous êtes cette femme qui se cherche à travers ses amours. Sans faux-semblant, vous vous languissez déjà de revivre de telles émotions. Vous avez déjà, dès la dernière page avalée, envie de relire le texte. De vous en imprégner. Vous êtes déjà Knock Out et vous en redemandez.

 Ses dernières publications: 

Il faut bien vivre

















Dialogue avec mon cul


Sarah Pierre-Louis - Laissez-vous conter...



 Sarah Pierre-Louis a la langue bien pendue. Elle dit ce qu’elle pense, Sarah. Et ses mots et ses phrases coulent, coulent, sous ses mains quand elle écrit. Sarah a une écriture généreuse. Elle vous embarque dans une danse. Une danse rythmée. Rythmée par un imaginaire débordant. Et ça marche. Vous êtes pris. Vous avez pris le train en route. Vous vous laissez enivrer par le balancement de ses mots. Si singuliers. Vous avez l’impression d’entendre sa voix, sa voix qui vous susurre une histoire. Pas la sienne. Une histoire comme un rêve. Une histoire de l’ailleurs et pourtant si proche. Si proche de vous.
Vous avez l’impression, tant elle sait mettre les mots justes sur les émotions, les souvenirs, les situations, les personnages, oui vous avez l’impression que, finalement, à travers tous ces mots et ces voyages, elle parle en fait si bien de vous. Alors, juste pour le plaisir, peut-être celui de se laisser enivrer, embarquez dans son rêve. Son rêve d’auteure voyageuse. Et baladez-vous de même qu’elle brode son histoire avec délicatesse et délices.
Sarah a publié chez Abribus un roman en deux tomes: Electrique 1 et 2. Ainsi qu'un recueil de nouvelles: Quelques pages retrouvées sur une page de bistrot - & autres histoires - .

Electrique, tome un


Quand le petit Max perd son père, sa vie bascule. C'est désormais près de son ami Edmond, nanti d'une vaste famille, qu'il va trouver chaleur et fantaisie. Rien à voir avec la vie glacée dans la belle maison, à la pointe du progrès, et même au-delà, qu'il habite à présent avec sa mère et son beau-père. Ce beau-père si séduisant, qui n'aime pas la musique mais qui s'intéresse de près aux étranges pouvoirs que Max semble posséder quand il joue de la flûte...
C'est dans un monde en pleine transformation technologique, économique et sociale que Max et edmond vont grandir. un monde rationnel. et pourtant, sous la surface de ce monde  policé, apparaissent parfois des réalités qui ne sont pas dencelles que la raison admet. Entre amitiés, amours, puissance, argent, Max devra choisir. et choisir, ce n'est jamais facile...

Electrique, tome deux

















Quelques pages retrouvées sur une table de bistrot - & autres histoires -

Voici quelques bouts de chemins, d'étranges voyageurs, des fragments de destin à découvrir dans ce recueil de courtes nouvelles de Sarah Pierre-Louis.

samedi 18 mars 2017

Catherine Balaÿ – L’écriture à fleur de peau

Elle est discrète au premier abord, ne fait pas de vagues, mais elle a un cœur grand comme ça et une sensibilité, comme on dit « à fleur de peau ». Sa voix douce et son allure de jeune fille fraîche donnerait à penser qu’elle écrit des contes pour enfants et des poèmes fades décrivant les oiseaux et le retour du printemps. Mais il n’en est rien. Catherine écrit avec ses tripes. Elle parcourt son monde intérieur et en retire des perles rares qu’elle pose ensuite avec art sur la feuille. Ça donne des poèmes vivants, dynamiques, dont certains ressemblent à des chansons. On y sent palpiter la vie, avec ses hauts et ses bas.
En plus de la poésie, elle a également publié des nouvelles et des contes. Elle a écrit les scénarios de trois courts-métrages et réalisé deux d’entre eux.
Sa nouvelle, « Prise », a été sélectionnée au concours Quelles Nouvelles, organisé par la maison d’édition La Passe du vent, à Lyon, et publiée dans le recueil En morceaux (2008).
Elle a déjà publié, chez Abribus, deux recueils de nouvelles : « Mademoiselle ne sert à rien » et « Prise » ainsi qu’un recueil de poésie : « Nue » (ce dernier illustré par son amie, l’artiste stéphanoise Sophie Thibaudat).
Sa novella « L’appel des catacombes » sortira prochainement.
Elle est en ce moment en train d’écrire le synopsis d’un film, « Sainte-Nitouche », ainsi qu’un texte plus personnel, dont le titre provisoire est « L’enfant invisible ».
Ses principales publications:

Nue:
Recueil de textes poétiques agrémentés de dessins délicats. Si on n'aime pas, on n'achète pas...

Prise:
Prise est l'histoire d'un folklorique kidnapping qui tournera au vinaigre ...
Un jour, un homme m'a prise. Pas éprise...prise !
J'étais tranquille. Plutôt mieux. Un regard. Une caresse.
Et je suis montée dans sa voiture, me laissant guider par sa belle chemise à fleurs.




Mademoiselle ne sert à rien:
Ce recueil comprend quatre délicieuses nouvelles, mêlées à cinq textes poétiques.






  

Gaspard et Claudine:
Deux histoires courtes, flirtant avec le conte. On ne vous dit rien de plus. Si, il y a un arbre sur la couverture. 
 

dimanche 12 mars 2017

Henri Merle - Un écrivain éclectique


Henri Merle fume la pipe. Sa silhouette dégingandée se détache, pensive, sur fond de crassier stéphanois. Car l’homme est de Saint-Étienne depuis toujours. Il y traîne ses savates du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, avec vélocité. Il broge. Il se prépare, il anticipe. Déjà un nouveau texte germe dans sa caboche d’insatiable rêveur. Il affectionne tout, monsieur Merle. Tous types de textes. Tout genre littéraire. Pour peu que les mots y aient la part belle. Pièces de théâtre, contes pour enfants et contes pour adultes, écriture et composition de chansons, jusqu’au roman noir avec son inénarrable héros, Chickago Riffer (croque-mort à Lost Angeless et détective à ses heures perdues). Pour l’heure, il rédige un scénario de western « très à l’Ouest ». Il s’investit aussi au théâtre dans la compagnie des Brankignols, basée au 36 rue Badouillère, Saint-Étienne. Il joue notamment dans la pièce Papillon actuellement à l’affiche. Il est également le président du Cercle des Lettres et des Arts (association stéphanoise de promotion des arts et de la culture sous toutes ses formes).
Son style est enlevé, avec moult calembours, déployant une grande imagination, avec une écriture libre, décomplexée, poétique, drôlatique, où l’argot est souvent mêlé au langage soutenu. Au cœur de son œuvre, son héros récurrent, Chickago Riffer, perpétue la lignée des Bob Morane, et autres San Antonio. Conformément à la tradition du roman noir américain, de belles créatures plantureuses tombent inévitablement sous le charme du détective justicier de Lost Angeless (la Cité des Anges perdus).
Voici ses deux dernières publications:
Tome 1 :
Maldonne sur la Madone
Dans cette charmante histoire, notre héros, détective privé, tombe sur un pavé maudit, une jolie fille et un gros livre. Grâce au style baroque d’Henri Merle, Chickago Riffer nous apparaît dans toute sa virilité, teintée d’ésotérisme burlesque …
La Canine Infernale
Il vaut mieux perdre sa dent de lait que sa dent en or. Chickago Riffer en fait l’amère expérience. Dans une ruée vers l’or d’un nouveau genre, notre héros croisera une drôle de souris, des rats affamés, des bipèdes mal intentionnés, un homme-crapaud. Sans oublier des sortilèges d’Outre-Monde …




Tome 5 :

L’Histoire de l’homme qui prit le train « A »
La lectrice, comme le lecteur, découvrira dans cet ouvrage un louche trio de frères, un funeste calendrier, un antiquaire vampire et, pour conduire Chickago Riffer vers son destin, un mystérieux train « A » … Comme une mouche dans une toile d’araignée, notre aventurier se bat contre la fatalité ! Mais Chick Riff n’est pas une mouche. Retrouvez le style métaphysico-burlesque d’Henri Merle grâce auquel il donne vie à Chickago Riffer, personnage jamais vu à ce jour dans le roman d’Aventure.


mercredi 22 juin 2016

abribus sur le réseau facebook

Suivez abribus sur le réseau social Facebook !
Vous y trouverez notre actualité et celle de la littérature au sens large sur Saint-Etienne.
 
Et en prime, notre dernier livre, sorti début 2016.

mercredi 7 octobre 2015

Le "Carré écriture" est sorti d'imprimerie !

Bonjour à vous. 
Voici quelques photographies, qui n'en révèlent pas trop, du projet proposé à la Fête du Livre pour célébrer le trentième anniversaire de la manifestation. 
Déjà mille exemplaires pliés, grâce aux auteurs d'abribus et deux amis, merci à eux. Il n'en  reste plus que mille autres à plier !



Vous trouverez progressivement le "Carré écriture" en ville dans les lieux stratégiques, cafés littéraires, librairies, bibliothèques, etc... et bien entendu pendant la Fête du Livre sur les points d'accueils et notre stand abribus, place Jean Jaurès. 







Bonne lecture à vous, en espérant que le "Carré écriture" vous plaise. 
L'illustration est de Jon Sojo, des Arts du Forez.


Soirée abribus, samedi 17 octobre


Premier livre imprimé, il arrive !

Bonjour à vous.
Voici les premières photographies de notre tout premier livre, imprimé grâce au procédé de l'impression à la demande. Nous restons donc dans notre manière de publier, la petite série.


Nous attendons à présent le gros colis... en espérant qu'il arrive avant la Fête du Livre des 16, 17 et 18 octobre !
Il s'agit du tome 1 de la réédition de la série Roman Noir d'Henri Merle "Chickago Riffer", comprenant deux premières histoires.
Les prochains tomes suivront, un chaque année.


Nous continuerons toutefois à publier nos livres habituels, fabriqués par nos soins en reprographie, sinon nos habitués seraient déçu(e)s... 


mercredi 11 mars 2015

abribus et le Printemps des Poètes...

L'insurrection poétique, ordonnée, subventionnée par le pouvoir politique, la ratp, radio france et pourquoi pas aussi dassault armement aussi pendant qu'on y est ?
Enfin, quelques soirées sympas à Saint-Etienne auxquelles participent les auteurs d'abribus !
 
Le 14 mars
Théâtre de poche des "Brankignols"
36, rue Badouillère
20h 30
Deuxième séance de "tes mots sous les projos".
La première a rencontré beaucoup de succès.
Le principe: six personnes sur scène content, chantent, déclament, slamment...

Le public est convié à venir sur  cette scène pour dire des textes de sa composition ou des textes qu'il apprécie.
Prix d'entrée: 6 euros, spectacle suivi d'une petite collation.
Comme le nombre de places est limité, il vaut mieux réservé
au 06 11 38 37 65.
Amitiés Poétiques.

https://www.facebook.com/brankignols
 
21 mars
dans une galerie, infos à suivre !

Rencontre et dédicace à la librairie L'Etrange Rendez-Vous

VENDREDI 27 MARS
à partir de 16h
Rencontre et dédicace
avec deux auteurs des éditions Jarjille.
Libraire L'Etrange Rendez-Vous
1, rue Faure Belon, Saint-Etienne
proche Bourse du Travail
Arrêt tramway Victor Hugo

Bettina Egger
pour "Transsibérien", un récit de voyage...http:/.../www.jarjille.org/…/bande…/un-voyage-en-transsiberien/

Augel
pour "Jean-Baptiste", sur la vie d'un drôle de chien... http://www.jarjille.org/produc…/augel-william/jean-baptiste/

 VENEZ NOMBREUX !
 
 
 

mercredi 11 février 2015

URGENT soutenir la librairie BD L'Etrange rendez-vous

 Bonjour à toutes et à tous.
Si vous aimez la bd et le petit commerce de proximité honnête, un message urgent, à diffuser largement, merci par avance .

L'excellente librairie bd "L'Etrange Rendez-vous" a fermé trois semaines, suite à la maladie du libraire. Elle est de nouveau ouverte, mais cette absence de ventes durant les trois semaines met véritablement en péril sa situation financière...

Vous pouvez donc aller acheter vos bds en ce mois de février, toutes les nouveautés sont arrivées ! C'est le meilleur moyen de soutenir ce haut-lieu stéphanois de la bd de qualité, franco-belge, indépendants, mangas, etc...
Il existe aussi un bon rayon de bds d'occasion, en général à 4 euros.
abribus

L'Etrange Rendez-vous
1, rue Faure Belon, proximité Bourse du Travail
arrêt tramway Victor Hugo.
Ouvert de 14h à 19h pour février, du lundi au samedi

samedi 31 janvier 2015

Soirée abribus le mardi 10 mars !

Café Remue-Méninges
59, rue Désirée Claude
proche Faculté Jean Monnet
Mardi 10 février 2015 à 20 heures
 
SOIREE ABRIBUS
 
Rencontre avec l'association et éditeur abribus, la Stéphanoise d'Ecriture et les humains qui s'y cachent.
Depuis bientôt 14 ans, l'Association abribus, publie des auteur(e)s locaux. Romans, contes, nouvelles, poésies, CD de chansons, le catalogue est riche... Chaque année de nouvelles publications, que vous connaissez peut-être.
Mais derrière les livres, derrière les chansons, se cachent des auteurs des êtres de chair et de sang qui vous proposent une rencontre autour de leurs ouvrages dont ils feront vivre les mots en direct.
Soyez nombreux à venir accompagné(e)s pour cet instant de partage. 
La littérature, ce sont des mots, toujours des mots, mais les mots bien choisis, c'est la vie !
 
Nous aurons bien sûr nos livres avec nous !
Les auteurs d'abribus

mardi 13 janvier 2015

Capitale des Taudis, numéro 15 et 16





poète chanteur Rémo GARY au Théâtre Libre de Saint-Etienne

Samedi 24 janvier à 20h15 
Le poète chanteur Rémo GARY revient au Théâtre Libre avec un nouveau tour de chant "IDÉES REÇUES". 
Juste quelques mots, pris çà et là à la critique: il charrie un torrent de haute poésie, alchimiste des mots, des mots qui glissent qui ripent, un homme modeste et ses chansons géantes, bref un poète. 
Et pour finir, lisez le mot de Michel KEMPER au verso du tract…
Alors réservez vite vos places! 


Théâtre Libre
48, rue Désiré Claude 
42100 Saint-Étienne
04 77 25 46 99
06 86 86 22 98

Capitale des taudis, numéro 14